Herbalife® avis : perte de poids ou perte d'argent ?

Publié le Mis à jour le

Voi­ci une ana­lyse cri­tique et appuyée par la science des pro­duits Her­ba­life®. À lire abso­lu­ment si vous sou­hai­tez consom­mer ces produits.

Herbalife avis : perte de poids ou d'argent ?

Informations/​Disclaimer #

Avant de com­men­cer, je pré­fère mettre les choses au point directement : 

Le modèle de vente d’Her­ba­life® #

La vente pyra­mi­dale #

Le modèle de vente d’Herbalife® est un sys­tème dit « pyra­mi­dale ». Qu’est-ce que c’est ? Lais­sons Wiki­pé­dia nous expli­quer cela en quelques mots : 

La vente pyra­mi­dale est une forme d’escro­que­rie dans laquelle le pro­fit ne pro­vient pas vrai­ment d’une acti­vi­té de vente comme annon­cé, mais sur­tout du recru­te­ment de nou­veaux membres. Le terme pyra­mi­dale iden­ti­fie le fait que seuls les ini­tia­teurs du sys­tème (au som­met) pro­fitent en spo­liant les membres de base.

Wikipédia

Vous l’aurez com­pris, les ven­deurs Her­ba­life® se font de l’argent en ven­dant les pro­duits de la marque, mais sur­tout en recru­tant de nou­veaux ven­deurs. Voi­ci pour­quoi ils sont si actifs sur les réseaux et autres, et pour­quoi ils nous sub­mergent de mes­sages pri­vés.

J’attire votre atten­tion sur les pre­miers mots de Wiki­pé­dia : « La vente pyra­mi­dale est une forme d’ESCRO­QUE­RIE ». Je dis ça, je dis rien.

Plus on par­raine, plus on gagne
#

Comme je l’ai dit, le par­rai­nage ou le recru­te­ment de nou­veaux ven­deurs per­met aux pre­miers arri­vés de faire pros­pé­rer leurs reve­nus. Donc l’ac­cent n’est même pas mis sur les pro­duits, mais sur le sys­tème ! Plu­tôt déran­geant quand on vend des pro­duits nutri­tion­nels et qu’on a la san­té des gens à notre charge.

Béné­fice ou san­té ? #

Êtes-vous déjà tom­ber sur une pub, un mes­sage ou vous a‑t-on contac­té pour vendre des pro­duits Her­ba­life® ? Leur tech­nique est tou­jours la même : Eh ! J’ai un nou­veau pro­jet qui peut te faire gagner des mil­lier d’eu­ros depuis ton cana­pé, tu veux en faire partie ?”

En voi­ci la preuve en photo : 

Conversation avec un "recruteur" d'Herbalife®
Conversation avec un "recruteur" d'Herbalife®
Conversation avec un "recruteur" d'Herbalife®
Conversation avec un "recruteur" d'Herbalife®



Bref, rap­pe­lons qu’ils vendent des pro­duits nutri­tion­nels ! On pour­rait l’oublier.

« Expert/​Coach » en nutri­tion et en sport : vrai­ment ? #

Pour ce qui est de la nutri­tion, leurs argu­ments sont sou­vent fal­la­cieux. Il n’y a pas de réels connais­sances scien­ti­fiques à l’ordre du jour, et encore moins de cer­ti­fi­ca­tion ou de diplôme attes­tant de leur bonne foi ou sérieux

J’ai eu l’hon­neur de suivre une de leur ini­tia­tion pour savoir de quoi ça par­lait. Un dia­po­ra­ma per­met d’avoir les « bases » en nutri­tion lors de l’ins­crip­tion. Je ne savais pas qu’on pou­vait deve­nir nutri­tion­niste en 5min. C’est fou ! 

Bon, pour contras­ter un peu mes pro­pos, je dois dire qu’il y a bien deux points avec les­quels je suis d’ac­cord avec eux. D’a­bord, que l’on ne boit pas assez d’eau. Je ren­contre sou­vent des per­sonnes qui ne boivent pas assez d’eau. Or, l’hy­dra­ta­tion est pri­mor­diale pour une bonne san­té, une per­for­mance psy­chique et sportive. 

Le second, c’est qu’il reven­dique la pra­tique de l’ac­ti­vi­té phy­sique heb­do­ma­daire régu­lière. Certes, les cours en groupe n’ont rien de révo­lu­tion­naire, mais je sou­ligne l’effort. 

Les com­pli­ments s’ar­rêtent là, car tou­jours dans le domaine du sport, Her­ba­life® n’est pas la réfé­rence non plus avec ses vendeurs.

Ils se dénomment coach « bien être ». Malin, car on évite de concur­ren­cer les pro­fes­sion­nels de san­té et de nutrition. 

Par contre cela ne veut rien dire. Contrôle de poids, bien-être, forme phy­sique par exemple » (Cité d’Her­ba­life®) : ce coach a donc un rôle de ges­tion du poids et de la forme phy­sique ? Deux métiers bien dis­tincts, que pra­tique une même per­sonne en quelques jours de for­ma­tions”.


Enfin, le pom­pon de la pom­po­nette : les études scien­ti­fiques d’Herbalife®. 

Tes­té scien­ti­fi­que­ment : Ah bon ? #

Vous connais­sez le conflit d’intérêt ? Her­ba­life® en est l’exemple par excellence. 

Le conflit d’in­té­rêt c’est lors­qu’une per­sonne donne son avis ou éva­lue quelque chose (un pro­duit, un ser­vice, …) alors que son objec­ti­vi­té peut être remise en cause. En gros, Her­ba­life® fait des études qui sont menées par … des employés à eux ou des méde­cins ayants des inté­rêts finan­ciers avec la marque. 

Si vous gagnez de l’argent avec une socié­té, vous cra­che­riez des­sus ? Je ne crois pas. Donc votre juge­ment serait alté­ré et non objec­tif. C’est ce qui se passe avec leurs études. 

L’é­quipe interne est com­plé­tée par 30 scien­ti­fiques consul­tants, tous avec des doctorats

Herbalife®

En voi­ci un exemple rapide avec la des­crip­tion de leur enga­ge­ment scien­ti­fique : l’é­quipe interne” ! Ça pour être interne, elle l’est.

C’est comme Cris­tia­no Ronal­do qui vente les pro­duits Her­ba­life® : tu m’é­tonnes, vu ce qu’ils doivent le payer ! C’est de la publi­ci­té, faut remettre les choses à leur place. Enfin, on en repar­le­ra à la fin.

Le conflit d'intérêt
Le conflit d'intérêt

Ana­lyse du pro­duit For­mu­la 1 d’Her­ba­life® goût vanille #

Avant de com­men­cer, je me suis ser­vi de l’é­ti­quette four­ni par Her­ba­life® sur leur site. Idem pour les tarifs, tout pro­vient de leur site.

Ingrédients et tableau nutritionnel du produit Formula 1.
Ingrédients et tableau nutritionnel du produit Formula 1.
Recommandation d'utilisation du produit
Recommandation d'utilisation du produit

Com­ment s’u­ti­lise se pro­duit ? D’a­près ce que j’ai pu lire, ce pro­duit peut être uti­li­ser en guise de com­plé­ment ali­men­taire, notam­ment lors du petit-déjeu­ner, ou comme sub­sti­tue repas. 

Rap­pe­lons que les ingré­dients sont clas­sés par ordre décrois­sant de quan­ti­té, comme je l’ex­plique dans mon Ebook sur la nutri­tion.

  1. Iso­lat de pro­téine de soja : Les bien­faits vont dépendre du pro­cé­dé de fabri­ca­tion de l’i­so­lat. Si c’est fait par la tech­nique d’é­change d’ion, le poten­tiel nutri­tion­nel sera réduit à néant. Si c’est par micro-fil­tra­tion, on retrou­ve­ra des effets posi­tifs sur le corps. Mal­heu­reu­se­ment, on ne sait pas quel pro­cé­dé a été uti­li­sé ici.
  2. Fruc­tose : 2ème ingré­dient : 2ème plus grosse quan­ti­té !! Bizarre pour un pro­duit visant à faire perdre du poids dans la grande majo­ri­té des cas.
  3. Inu­line : Ce sont des fibres. Cela per­met la satié­té, donc pour­quoi pas.
  4. Fibre d’a­voine sans glu­ten : Déjà, ce sont des fibres, donc on a trans­for­mé l’a­voine. Ensuite, on lui a enle­vé le glu­ten, donc re-trans­for­ma­tion. Cela en fait un pro­duit trop modi­fié pour qu’il soit inté­res­sant. Il a per­du sa Matrice”.
  5. Huile de soja : Cette huile a un apport oméga‑6/​oméga‑3 trop éle­vé, mais bien meilleur que les autres huiles. Pour­quoi pas. On a besoin de toutes les sortes de lipide, donc sui­vant son ali­men­ta­tion, ça peut convenir.
  6. Citrate de cal­cium : Addi­tif E333. Se sup­plé­men­ter en cal­cium n’est pas recom­man­dée. Très pré­sent dans les sodas. Tiens, on n’a­vait pas dit que c’é­tait un pro­duit nutri­tion­nel” pour perdre du poids ? 
  7. Oxyde de magné­sium : Addi­tif E530. C’est un anti-agglo­mé­rant, pas dangereux. 
  8. Fuma­rate fer­reux : L’as­so­cia­tion entre le fer et la vita­mine C n’est pas top. Cela aug­mente la réac­tion de Fen­ton (moment scien­ti­fique), ce qui pro­duit des choses pas ouf pour le corps. De plus, le fer est oxy­dant. Sa sup­plé­men­ta­tion se fait dans cer­tains cas, pas par simple prévention. 
  9. Sélé­nite de sodium : Un anti-oxy­dant, trop bien ! À non, ça annule juste les méfaits entre la vita­mine C et le fer dont on a par­lé juste avant.
  10. Oxyde de zinc : Bien, car il est éli­mi­né par la trans­pi­ra­tion. Comme Her­ba­life® recom­mande d’aug­men­ter son acti­vi­té phy­sique, le prin­cipe est pas mal. 
  11. Car­bo­nate de man­ga­nèse : Il abou­tit à un résul­tat sem­blable au fer et au cuivre, qui n’est pas top.
  12. Chlo­rure de chrome (III) : Les besoins en cet ingré­dient sont infime, donc on peut se deman­der pour­quoi le mettre.
  13. Iodure de potas­sium : Cela apporte de l’iode. 
  14. Citrate de cuivre : Addi­tif E331. Pas le meilleur ingré­dient de la liste. Rap­pe­lons que la sup­plé­men­ta­tion en cuivre n’est pas idéale.
  15. Phos­phate de potas­sium : Addi­tif E340. C’est un anti­oxy­dant, mais il est dan­ge­reux pour la san­té. Il peut aus­si favo­ri­ser l’apparition de mala­die cardiovasculaire.
  16. Léci­thine de soja : Addi­tif E322. La léci­thine d’origine natu­relle peut être béné­fique pour le corps. Ici, pas de pré­ci­sion de son ori­gine ni de son pro­cé­dé d’extraction (qui peut être chi­mique) : donc on ne sait pas.
  17. Poudre de lin bio­lo­gique : Sty­lé, un ingré­dient bio ! On ne connait pas le pro­cé­dé uti­li­sé pour pas­ser du lin à la poudre. Il pour­rait alté­rer la struc­ture du lin et donc son effet. Ce n’est pas parce que le lin peut être inté­res­sant pour la san­té que sous forme de poudre il l’est !
  18. Gomme guar : Addi­tif E412. Il pour­rait avoir des effets béné­fiques sur cho­les­té­ro­lé­mie, mais il peut aus­si modi­fier l’absorption de vita­mine et miné­raux (même si les études ne sont pas encore una­nime à ce sujet). Un peu bête pour un pro­duit qui veut jus­te­ment faire assi­mi­ler les vitamines. 
  19. Arôme natu­rel : Super, du natu­rel. On ne sait tou­jours pas quoi en revanche. 
  20. Acide L‑ascorbique (vit. C) : Addi­tif E300. Si c’est syn­thé­tique, l’absorption par notre corps peut être altérée. 
  21. Acé­tate de DL-alpha-toco­phé­ryle (vit. E) : C’est un anti oxy­dant. Or, cette forme de vita­mine E est syn­thé­tique : donc moins bénéfique.
  22. Nico­ti­na­mide (nia­cine) : Il s’a­git de la vita­mine B3. Elle est sous forme syn­thé­tique donc pas top pour l’assimilation.
  23. Acé­tat de réti­nyle (vit. A) : Il s’a­git de la vita­mine A. 
  24. D‑biotine (bio­tine) : Cor­res­pond à la vita­mine B8 en France.
  25. D‑panthothénate de cal­cium (acide pan­to­thé­nique) : C’est de la vita­mine B5.
  26. Cho­lé­cal­ci­fé­rol (vit. D) : Forte chance pour qu’elle soit syn­thé­tique, donc pas incroyable. 
  27. Acide pté­royl­mo­no­glu­ta­mique (acide folique) : C’est de la vita­mine B9, trou­vable dans les plantes vertes (salade et com­pa­gnie). Donc si vous man­gez des légumes verts, pas besoin. 
  28. Phy­lo­quii­none (vit. K) : Cor­res­pond à la vita­mine K.
  29. Chlor­hy­drate de pyri­doxine (vit. B6) : Cette vita­mine se retrouve dans la viande, le pois­son, l’oeuf, … Ce qui est vrai­ment le B‑A BA de l’alimentation spor­tive d’aujourd’hui. Donc en avons-nous réel­le­ment besoin si on en consomme déjà beaucoup ? 
  30. Chlor­hy­drate de thia­mine (vit. B1) : Cor­res­pond à la vita­mine B1.
  31. Cya­no­co­ba­la­mine (vit. B12) : Forme syn­thé­tique de la vita­mine B12.
  32. Ribo­fla­vine (vit. B2) : Addi­tif E101a. Il uti­li­sé en tant que colo­rant jaune et vita­mine B2.
  33. Chlo­rure de sodium : Il s’a­git du sel.
  34. Bêta-caro­tène (colo­rant) : Addi­tif E160.
  35. Gly­co­sides de sté­viol (édul­co­rant) : Edul­co­rant E960. Per­met de sucrer le pro­duit sans aug­men­ter le taux de sucre. Est-ce une bonne idée ? Pas vrai­ment. Les édul­co­rants intenses (dont celui-ci) « simulent » le sucre. On a le goût mais pas les fameuse calo­ries. Or, cela n’est pas si simple pour le corps. Ingé­rer des édul­co­rants entraînent la sécré­tion d’insuline, et donc la prise de gras. En gros, ce n’est pas parce que cette molé­cule est dite « dépour­vue de calo­ries » que cela n’a pas d’impact néga­tif sur le corps. Cer­taines études démontrent même que la consom­ma­tion d’édulcorant peuvent conduire à la prise de poids au lieu d’y participer.
  36. Poudre de fruit : Papaye, gre­nade, myr­tille : pro­duit trans­for­mé, donc très peu d’intérêt. Si vous pen­sez consom­mer de la papaye, de la gre­nade et de la myr­tille, c’est man­qué ! Vous n’aurez que le goût et le sucre. 
  37. Per­sil en poudre : idem. 
  38. Dioxyde de sili­cium : Addi­tif E551.
  39. Édul­co­rant de source natu­rel : Bah dites lequel alors ?

Que rete­nir de cette ana­lyse de pro­duit Her­ba­life® ? #

En résu­mé, il n’y a pas moins de 10 addi­tifs, 2 édul­co­rants, et la 2ème source d’in­gré­dient qui cor­res­pond à du sucre. 

Ce pro­duit pos­sède de nom­breux défauts : 

Cher pour ce que c’est ? #

Oh que oui ! 

Après être allé sur le site d’Her­ba­life®, j’ai ana­ly­sé les prix. 

Si on prend le pot de 550g, la dose nous revient à 2,11€.

Si on prend celui de 780g, elle nous revient à 1,88€.

Her­ba­life® recom­mande de mélan­ger 2 doses, soit 52g, par shaker.

Pour pré­pa­rer un déli­cieux shake, mélan­gez deux cuillères de poudre (26 g) avec 250 ml de lait demi-écré­mé froid (1,5 % de matières grasses) ou pour un shake sans lac­tose ajou­té conve­nant aux vegans, avec 250 ml de bois­son au soja enrichie.

Herbalife®


Ain­si, on arrive à des sha­kers coû­tant de 3,76€ à 4,22€, sans comp­ter le prix du lait.

Un petit déjeu­né à près de 5€, avec autant d’inconvénients, est-ce si rentable ?

Pre­nons l’exemple de petit-déjeu­ner sain :


Total : 1,67€. Soit envi­ron 2,5 fois moins cher qu’un sha­ker de For­mu­la 1, pour une qua­li­té nutri­tion­nelle et un niveau de trans­for­ma­tion incom­pa­rable. De plus, la satié­té sera BEAU­COUP plus éle­vée avec un petit-déjeu­ner comes­tible, et non liquide.

Et même si vous ne pre­nez qu’une dose, le sha­ker res­te­ra plus cher que l’exemple de petit-déjeu­ner ci-des­sus.
Sub­sti­tue repas et repas liquide : la
dés­illu­sion


Rap­pe­lons que le nerf de la guerre des pro­duits Her­ba­life® est de faire perdre du poids, de gagner en vita­li­té” et d’être en meilleure forme.

Ok, alors pour­quoi consom­mer des repas liquides ? Les repas liquide sont mau­vais pour l’organisme :

  1. Pas de mas­ti­ca­tion : Il n’y a pas de sti­mu­la­tion de la salive, et donc la satié­té est bien plus faible.
  2. Per­tur­ba­tion des hor­mones intes­ti­nales (dont lep­tines et gré­line) : Il en résulte une prise de gras. C’est para­doxale non votre truc ? 
  3. Aug­men­ta­tion de l’in­su­line : Et qu’est-ce que cela pro­duit ? Je vous laisse lire mon article sur l’in­dice gly­cé­mique et l’in­su­line.

En gros, c’est cher, vous aurez faim plus vite qu’a­vec un repas, et tout ça juste pour gagner du temps.

Si ava­ler un cock­tail d’une mul­ti­tude d’in­gré­dients suf­fi­sait pour res­ter en bonne san­té, cela ferait long­temps que les super­mar­chés auraient fermés.

Si vous sou­hai­tez appro­fon­dir le sujet pour mieux com­prendre et ana­ly­ser les pro­duits Her­ba­life® ou d’autres marques, et apprendre à vous nour­rir sai­ne­ment, je vous conseille la lec­ture de mon Ebook sur la nutri­tion. Cette Ebook ne parle pas de tech­nique miracle”, mais sim­ple­ment des prin­cipes simples à res­pec­ter pour res­ter en bonne san­té, et atteindre son poids de forme. 

Est-ce que les pro­duits Her­ba­life® fonc­tionnent ? #

Oui et non. 

Que va-t-il se pas­ser lorsque quel­qu’un va vous four­nir un plan” d’a­li­men­ta­tion, et que vous aurez payé plu­sieurs cen­taines d’eu­ros ? Vous allez faire des efforts pour le suivre. Ce plan est simple dans la plu­part du temps : man­ger varié, sai­ne­ment, et bou­ger plus. Ah ! C’est exac­te­ment ce qu’on rabâche H24. 

Même si vous consom­mez leurs pro­duits, vous faites atten­tion à ce que vous man­gez éga­le­ment à côté. Donc, com­ment savoir si ce sont les pro­duits ou votre ali­men­ta­tion qui vous font mai­grir ? Dur à dire, car la perte de poids est mul­ti-fac­to­rielles. En revanche, vous pou­vez faire le test : man­ger n’importe quoi en pre­nant leurs pro­duits, et vous me direz s’ils sont si mira­cu­leux. Ou alors, soyez actif et man­gez équi­li­bré, sans prendre leur pro­duit, et venez me don­ner vos résul­tats. Car oui, vous en aurez. 


Pour tous ceux qui m’ont dit que Cris­tia­no Ronal­do vante les mérites de la marque, et pensent que celle-ci est bonne : c’est de la PUB ! Il en consomme sûre­ment, mais on en sait rien. Her­ba­life® s’est offert une belle preuve sociale en se payant CR7, mais cela ne garan­tie pas leur pro­duit. Atten­tion donc. 

Enfin, ils pro­posent des regrou­pe­ment toutes les semaines pour faire du sport. L’i­dée est très bonne, je suis tota­le­ment pour si cela peut inci­ter les gens à faire du sport régulièrement. 

Conclu­sion #

Voi­ci mon ana­lyse d’un des pro­duits Her­ba­life® le plus ren­con­tré. Je ne fais pas le pro­cès d’Her­ba­life®, j’ex­plique sim­ple­ment de quoi le pro­duit se com­pose et ce que cela peut engen­drer sur votre santé. 

Au final, on s’a­per­çoit que ce pro­duit si mira­cu­leux” ne l’est pas tant que ça, et que un tel prix, vous pour­riez man­ger bien mieux, et vous prendre un abon­ne­ment à la salle ou vous faire votre propre Home­gym.